Contes africains, le site des contes Decouvrez les plus beaux contes africains.
         
 
Un peu de théorie
Les plus beaux contes
L'Annuaire des contes
Notre séléction
Portraits
L'annuaire
Contacts
Newsletter
Nos coups de coeur
     
 

Les contes > Tous les contes > Le cheval du roi

Le cheval du roi Le cheval du roi

Madoungou - Boutchou était un village très réputé dans l’élevage des chevaux et à juste titre. Le roi de ce village avait un cheval au pelage blanc qu’il aimait beaucoup et qu’il a surnommé " Gérèse ". Un jour, pour montrer publiquement l’importance de l’amour qu’il avait pour ce cheval, il convoqua tout le village et au cours de la séance, il déclara : - Peuple de Madoungou - Boutchou, écoutez-moi ! Je suis votre Roi et Gérèse est mon Cheval bien aimé. Je veux qu’il soit aimé de tous et malheur à celui qui oserait un jour m’annoncer sa mort. La séance prise sur cette déclaration du puissant monarque et Gérèse fut comme d’habitude conduit au pâturage. Mais un grand malheur arriva. Le Cheval fut mordu par un serpent et tomba mortellement blessé. Qui assumerait la lourde responsabilité d’aller annoncer à sa majesté cette mauvaise nouvelle ? Personne n’osa. Seul Vouzou l’un des sages de la cour royale qui maîtrisait très bien l’art de la rhétorique décida d’aller parler au Roi. Il demanda d’abord une audience et fut reçu. Il déclara : - Majesté, vous êtes vénéré et adoré parmi tous les rois car vous êtes le plus puissant et le plus intelligent. Grâce à vous et à votre amour des chevaux, notre village est prospère. Le Roi répliqua : - Vouzou, j’aime beaucoup quand tu me visites car tu me dis toujours des choses intéressantes. - Votre majesté, répondit Vouzou, il y a un détail que j’aimerais souligner. Il s’agit de votre cheval. Ce matin, je l’ai vu dans un état inhabituel. - Et dans quel état ? rétorqua le Roi - Il était couché dans l’herbe, les yeux grandement ouverts, les quatre pattes dégagées vers le ciel. Il était plus gros que d’habitude et en plus son parfum attirait les mouches. Sa majesté réfléchit un instant un instant et dit : - Vouzou, d’après ce que je comprends, Gérèse mon cheval bien aimé est mort. - Votre majesté, je n’ai jamais dit que Gérèse était mort, c’est vous-même qui avez fait ce diagnostic. Le Roi donna raison à Vouzou et au lieu d’être châtié, il fut promu au poste de vice-Roi.

A compter de ce jour, tout le village retint la leçon selon laquelle qui ne risque rien n’a rien.


[ Envoyer cet article à un ami ]


Ce forum est modéré à priori : votre contribution n'apparaîtra qu'après avoir été validée par un administrateur du site.

Titre :

Texte de votre message :
(Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

Lien hypertexte (optionnel)
(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d'informations, veuillez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse URL.)
Titre :

URL :

Qui êtes-vous ? (optionnel)
Votre nom (ou pseudonyme) :

Votre adresse email :


 

Venez palabrer -->
Les plus beaux contes
Bibliographie
Notre séléction
Le conte sur la toile

Tam Tam
Lettre d'information
 
Inscription
Désinscription